Parce que j’ai peur de réussir, d’être trop grande, je me sabote et pas qu’un peu…
Je peux si rapidement descendre tout en bas avec l’envie de tout bazarder.
Et il suffit d’un skype, d’un dialogue, celui de ce mois-ci en l’occurrence, pour que je reconnaisse un fonctionnement qui me saute à la figure!
Un souvenir de déjà vu.
Moi qui ai du mal à trouver les bonnes questions, là pour le coup ça chauffe!
Comment expliquer, décortiquer ce mécanisme qui me permet de retrouver légèreté et enthousiasme?
Je n’ai pas de mots.
Une chose est sûre:  » À celui qui vraiment demande à boire, la boisson est donnée.  »
Suzana